Edito – Nassim el-Raqs #7

“Depuis 7 ans, Nassim el-raqs cherche les mots pour se décrire, au fur et à mesure qu’il s’invente. Chaque année, de longues heures durant, des discussions sans fin s’aventurent à concevoir le sous-titre le plus approprié, celui qui saura dire nos pratiques et nos ambitions du moment.

Défiant les contraintes, refusant les cases toutes faites, essayant de définir au plus juste toute l’indétermination, l’improvisation, l’invention quotidienne sur laquelle nous nous appuyions pour donner impulsion à cet « évènement » ? « oeuvre » ? « chose artistique » ? « objet social » ? qu’est Nassim, nous écrivons.

Or, il apparaît aujourd’hui que nous n’avons plus besoin de sous-titre : Nassim el-raqs est devenu. Festival, laboratoire en écriture, nouvel espace de possible pour les artistes et les publics, Nassim est avant-tout devenu une communauté.

Communauté de sens, communauté de partage, grande famille, rassemblement, Nassim se réactive chaque année, au printemps, pour tenter d’échanger des idées innovantes, de produire des gestes forts, de contribuer à l’avancement de cette grande société méditerranéenne en devenir que nous sommes. Une société pensée et prônée (aussi) à partir du Sud.

Si Alexandrie a su inventer un modèle de cosmopolitisme il y a quelques décennies, notre modeste projet pour la ville, cherche aujourd’hui à proposer de nouvelles formes de vivre ensemble, posant l’art, la culture, la création et l’échange comme voie (peut-être l’unique), de rapprochement humain, d’émancipation individuelle et collective.

Alors peu-importe les définitions. Spécifier l’art et son lexique n’est plus notre priorité première. Car il y a urgence. Il y a urgence à s’aimer, à se rapprocher, à créer ensemble une société plus heureuse pour demain.

De grands chorégraphes que nous aimons fortement, et complices du festival de près ou d’un peu plus loin depuis plusieurs années, ont décidé de s’inscrire dans des démarches de transmission fortes :

Olivier Dubois, pour l’ouverture, créera de la mémoire vivante dans l’adaptation de Après midi d’un Faune de Nijinsky; Mohamed Fouad, ensuite, présentera un travail émergent et précieux, résultat de la première année de formation de danse contemporaine à Alexandrie, incarnée dans le groupe Silsilah; la Compagnie Ex-Nihilo produira, pour le final, le fruit de longs mois de travail, dans le cadre de la formation longue à la danse en espaces publics méditerranéen SHAPERS.

D’autres artistes nous emmèneront vers des territoires d’expérience et de recherche nouveaux : des marches, des protocoles exploratoires, des campements, avec la compagnie Ici-Même, ou encore avec Ali el-Adawi, son tandem Pau Cata et leurs deux complices espagnoles de l’équipe Cercca.

Nous vous attendons pour cette 7ème édition où nous mettrons le partage, l’art, la manière, la création, le savoir-être, les savoir-faire au coeur de nos échanges et de nos manières d’habiter le monde.

Et tout cela, sans oublier. Pour continuer, pour honorer, encore et toujours, ceux et celles qui sont parti-e-s, ceux et celles que l’on a perdu-e-s.”

Emilie Petit, fondatrice de Nassim el-raqs


Momkin – espaces de possibles [Marseille-France] a pour but d’initier et d’accompagner des projets artistiques et culturels dans les villes et territoires du pourtour méditerranéen, à travers la mise en place d’activité de création, production et de diffusion d’œuvres artistique, la conception de projets de coopération culturelle et interculturelle, ainsi que le développement d’activités de transmission et de sensibilisation. Le festival Nassim el Raqs porté par Momkin, propose tous les ans depuis 2011 des initiatives artistiques en interaction avec la ville d’Alexandrie. www.momkin.co

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *